Isabelle Lajeunesse, la directrice générale de la Fondation Y des femmes de Montréal, vous présente la nouvelle présidente-directrice générale du Y des femmes, Nadine Raymond, entrée en poste le 17 mai dernier. Gestionnaire chevronnée, avec plus de 20 années d’expérience en gestion opérationnelle, planification stratégique, communication et marketing, Nadine Raymond est aussi une femme engagée envers les causes sociales et féministes.

C’est dans cette volonté de vous la faire découvrir que l’équipe de la Fondation Y des femmes est allée à sa rencontre pour lui poser quelques questions qui vous permettront d’en savoir un peu plus sur elle, ses motivations, et sa vision du plan d’avenir 2023.

Fondation Y des femmes [ F ] : Votre profil LinkedIn indique que vous avez fait des études universitaires en génie industriel ainsi qu’en marketing et que vous détenez plusieurs expériences professionnelles tant en entreprises privées qu’en organisation gouvernementale qu’en organismes communautaires. Que devrions-nous savoir de plus sur vous et qui ne figure ni sur votre profil LinkedIn, ni sur votre CV?

Nadine Raymond [ NR ] : J’ai une âme entrepreneuriale qui s’est, entre autres, matérialisée dans le domaine immobilier. Depuis longtemps j’ai une passion pour le bâti tant dans l’architecture, le patrimoine, comme outil d’intervention sociale, comme source d’autonomisation financière. C’est donc avec grand intérêt que j’ai appris la part importante de l’immobilier dans le plan d’avenir 2023. Je compte bien mettre à profit cette expérience dans mes nouvelles fonctions.

[ F ] : Y a-t-il un ‘’Ah-ah moment’’ ou un événement particulier qui vous a motivé à joindre vos forces et talents au communautaire?

[ NR ] : Il n’y a pas eu de moment en particulier, seulement la vie. Après une quinzaine d’années sur le marché du travail dans le secteur privé, la présence de 3 enfants dans mon quotidien, je cherchais à optimiser mon temps, comme bien des parents. Le temps n’étant pas élastique, je souhaitais que celui voué au travail, i.e. la grande partie de la journée, soit de plus en plus en lien avec ce qui m’animait profondément : améliorer la qualité de vie des individus et des collectivités. J’ai donc, à partir de ce moment-là, chercher à travailler dans des organisations dont les vocations me permettaient d’être alignée avec ma propre mission.

[ F ] : Pourquoi avez-vous accepté le mandat qui vous a été proposé par le Y des femmes de Montréal?

[ NR ] : Le plan d’avenir 2023 est très inspirant et stimulant. Pouvoir contribuer par mon leadership à sa réalisation est une occasion unique. Je ne pouvais passer à côté d’une telle opportunité. J’ai également accepté le mandat, parce que c’était le Y des femmes. Une institution qui à travers le temps et par sa mission a contribué, et continuera à contribuer à soutenir les femmes, les filles et leurs familles dans leur épanouissement. Parce qu’au-delà du plan d’avenir, la féministe en moi, est heureuse de mener une organisation qui, à la fois accompagne les femmes dans leur cheminement et travaille à rendre notre société plus égalitaire et inclusive.

[ F ] : Le Plan d’avenir du Y des femmes de Montréal, dévoilé le 24 février dernier, est ambitieux. Comment abordez-vous le défi qui se présente à vous?

[ NR ] : Avec enthousiasme et confiance. Je me répète peut-être un peu, mais je trouve ce plan très inspirant et stimulant. Son caractère ambitieux est en soi une source de motivation. Alors, oui, enthousiaste, je le suis. J’ai vraiment hâte de me plonger dans l’action. Confiante, d’être à la bonne place, au bon moment, avec le bon bagage mais surtout confiante car je crois dans la force et la qualité de l’équipe en place ainsi que dans celles des partenaires associés au projet. Confiante, car j’ai la conviction qu’ensemble, nous contribuerons à faire de ce plan, un succès.