Pour plusieurs personnes, l’automne rime bien souvent avec renouveau professionnel, après avoir bien muri l’idée durant l’été. Cette année, l’automne sera particulièrement mouvementé à cet égard, après un an et demi de pandémie, d’incertitudes en emploi, de conditions de travail bouleversées, mais aussi de nouvelles opportunités et d’occasions d’apprentissage.

Dans ce numéro, nous explorons plus particulièrement le thème de l’emploi et des femmes. La relation entre le marché du travail et les femmes est différente de celle des hommes, la pandémie l’a affectée d’une toute autre manière et la situation tarde à s’améliorer.

Des inégalités persistantes

Les emplois à prédominance féminine sont moins bien rémunérés que les emplois à prédominance masculine. Les femmes sont majoritaires dans les secteurs d’emplois rémunérés au salaire minimum ou offrant des conditions d’emploi précaires ou à temps partiel. Les emplois du « care » tels que les soins infirmiers, l’enseignement, l’éducation à l’enfance, le travail social sont aux premières lignes de la pandémie. Les employées sont surchargées, épuisées et quittent leur emploi. Les améliorations aux conditions de travail sont lentes et ne suffisent pas à contenir l’hémorragie.

Les mères de famille ont peut-être tiré profit de la flexibilité d’horaire permise par le télé-travail mais elles ont aussi, de ce fait, hérité plus que jamais de l’« obligation » de la conciliation travail-famille, assurant de front leur emploi et les soins, l’enseignement et la présence auprès leurs enfants. Lorsque le retour au bureau se fera en mode hybride, elles devront aussi faire face au double standard qui accorde plus de valeur au travail fait sur place qu’à celui fait à distance et au poids des discussions informelles dans les prises de décisions. En choisissant davantage le travail à distance, pour la flexibilité qu’il offre, les femmes risquent d’être pénalisées dans leur cheminement professionnel.

Le Passeport vers l’emploi : plus pertinent que jamais

C’est pour soutenir toutes les femmes dans leur parcours à travers ce marché du travail difficile que nos services d’employabilité existent et cherchent constamment à se renouveler et à se bonifier. Cette bonification passera par le Passeport vers l’emploi, partie intégrante du Plan d’avenir du Y des femmes. Synonyme d’autonomie financière, d’accomplissement personnel et d’épanouissement intellectuel, un emploi est une porte vers une meilleure qualité de vie pour les femmes et leurs familles… tant et aussi longtemps que cette porte reste ouverte pour elles.